Pixopolitan: La diversité sans bout

Parfois on se pose maintes questions sur les dimensions ou les standards qui qualifient la photo d’une prise réussie. On observant la majorité des prises célèbres, on retrouve bien que les lignes directrices sont des courbes ou des formes fortes qui se distinguent dans l’environnement de notre sujet. Comme une route escarpée sur le flanc d’une montagne ou un arbre singulier dans l’étendu d’un champ de blé.

Ces lignes formulent le dosage qui attirera l’œil vers le sujet voulu, en disant ‘’sujet’’ il faut bien le situé dans son milieu et d’en prendre la force-motrice  de son caractère ou de sa présence. Tout détail est nécessaire pour comprendre la question esthétique ou philosophique posée par le photographe et ce qu’il a voulu nous faire partager.

Certains photographes décolleront leur sujet de l’étendu d’un fond de scène, en le mettant en avant plan et en créant ce détachement absolu du milieu fou et barbouillé, pour créer cette individualité et cette éternité au moment. Mais lorsqu’on prend des portraits l’environnement apporte un témoignage plus approfondi et ainsi il rapporte plus de sensibilité.

C’est comme dans les vieux tableaux de peinture, de ces portraits de monarques ou des batailles navales. Il faut capter le regard sur le vif du sujet avancé, en relation avec son milieu, tout en gardant la netteté de la chose.

Parmi les points essentiels pour avoir une belle prise, c’est l’horizontalité, une photo perd de son charme si on retrouve que son socle visuel est déséquilibré, surtout si cela se fait bien remarqué aux angles de la prise. Prenez garde que vous ayez le pied marin et une main stable.

Pixopolitan propose des photos en noir et blanc mais aussi les prises de ces photographes chevronnés et en même temps partage l’expertise et la technicité de ces derniers.

Dans la prise de ‘Pincho Carlos’ du « consulat II », on tient cette sensibilité aux lignes verticales et au besoin fondamentale de capter l’énergie de ce crépuscule sur la terrasse du café, et ces lumières qui donnent à l’instant une ère de romance particulière au couple attablé. Le mouvement converge vers le milieu de la scène et l’énergie se tient à l’épicentre de notre prise. Le cadrage est parfait et la sensibilité à la lumière est mise au profit.

Delalée Florian est parmi les artistes de Pixopolitan, il illustre son art dans la prise de « Shangai Lights » ou dans « Le Carrousel », avec une maîtrise de la composition et de la bonne recherche de l’angle de la prise, il innove avec cette sensibilité recherchée et cette intellection plus passionnante du sujet.

On doit vivre l’emplacement et suivre la lumière qui l’anime pour mieux cueillir sa prise ; On chasse le moment le plus sensationnel pour faire vivre notre focus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *